Rechercher
  • Fenua Data

If Data is the new oil, is it also the new plastic ?




🔄 Texte en français en bas de page 🔄


In 2017, The Economist announced that “ The World’s most valuable resource is no longer oil, but data”. Two years later, after attending Collision Conference 2019 in Toronto, Canada, “North America’s fastest growing tech conference”, this statement couldn’t feel more relevant. Tech companies are pursuing more than ever their data gathering and mining race, the ultimate winner being the one able to find that perfect algorithm making our human life easier.

As this race brings more and more players every day, we also witness a rise in the type of information being collected. What we were calling “Big Data” a couple of years ago should get a new superlative adjective in order to describe it efficiently.


But how much data is enough data ?


Companies and their algorithms need to determine on which information to focus and avoid collecting useless data, which ultimately only make the task harder for data scientists. Along with the question of the quantity of information, we can also wonder how long will we have to keep potentially valuable data? When will a set of data be considered expired and how do we dispose of it?

From an environmental resource management perspective, a big question and risk on my opinion is the following: If data is the new oil, is it also the new plastic?





Is Data the new Plastic ?


Many reasons led our society to use plastic in most of our consumer goods, but its low price and great adaptability to a wide range of uses were huge levers to its adoption - along with massive funding towards and from the oil industry. The great accessibility of this material led made us ignore the physical attributes of this component, and create completely incoherent products with a lifespan of 200 years while being used only for a couple of seconds.


If we look at the way we use data today, we can see similarities with the adoption of plastic in all industries. Plastic accumulation is one of the biggest challenges we are facing today, and we can already witness a great accumulation of data.


Also, data, unlike plastic, has no physical attributes. Therefore, how can we estimate the life expectancy of a dataset? If we decide to delete it, then it is gone forever, but if no decision is made, it has an infinite lifetime potential. Our current way of using data, especially in the growth of data-hungry technologies such as Artificial Intelligence, requires always greater datasets, creating no incentives for ever getting rid of accumulated data.


Energy need for data storage


Companies are doing a great job at removing the burden of data storage from consumers. Remember when you needed that 240GB iPod to store all your favorite and less favorite albums? Well, today solutions such as Apple Music and Spotify allow you to clear all that space from your hard drive, setting you free from data accumulation, but also removing your ownership. Product as Service.


Following the same pattern, we see a shift in our data storage location from our hard drive to what we call the “Cloud”. The "Cloud" technology marketed and imagined as pure, light, connected through the air. In reality, The Cloud is a very heavy and hungry machine, with underwater cables connecting the whole world, demanding a lot of material and energy in order to store and distribute the data demanded by our new economy. In 2015, Greenhouse Gaz emissions caused by our use of digital was comparable to the quantity produced by aviation.


According to a new report, the GHG caused by our digital use is supposed to go from 2.5% of total GHG emissions to 4% in 2020, and could double by 2025 to a staggering 8%.

With the rise of green technologies and data-focused environmental solutions, we ask ourselves if the potential benefits of said technologies will ever be able to outweigh the negative impact of running them.




Blockchain environmental cost


To illustrate the dissonance between green tech and environmental impact, let’s focus on the recent and growing use of high technology for environmental purposes: the Blockchain.

With many interesting fundamental attributes such as traceability and undeniable trust, Blockchain brings a lot of hope in the way we do business. Blockchain for Climate showcases many uses for this technology and how it can bring a positive impact on the environment.

However, if solely motivated by environmental impact, is it a utopia to invest in such a technology based upon potential when we know that a single transaction on the most successful Blockchain today, Bitcoin, uses as much energy as 17 US households during a day ? Of course, some Blockchains like XRP consume much less energy to function, but the fact that a blockchain like Bitcoin represents 1% of the total electricity consumption is problematic.


Forbes gathered comments from Dr. Jonathan Foley in an article published in 2018 about the potential for Blockchain to save the environment. Here is an extract from this article:

“I completely disagree with this report and the idea that blockchain is a promising environmental solution," Dr. Jonathan Foley, Executive Director, Project Drawdown and part of the new series, Let Science Speak. "In fact, I think the best thing blockchain can do to help the environment is to simply not exist."


"First of all, blockchain systems — especially those used for Bitcoin and other so-called cryptocurrencies — are enormously energy intensive. All those billions of calculations chew up computer power and electricity, often powered by coal and other fossil fuels," said Foley. "Altogether, blockchain and cryptocurrency computations use more electricity than the entire nation of Ireland and far less than all of Google."


In front of the complexity of this subject, many companies tend to completely avoid the discussion on the environmental impact of their digital use, especially when their mission targets an environmental problem, leading to more and more mistrust towards digital use.




Digital for the Planet


Despite the negativity surrounding the growing use of digital technologies, it is also important to remember that we can and already have benefited a lot from it when used efficiently and properly.


Digital for the Planet is a company that has decided to help businesses face this issue and help them diminish the environmental impact of their digital use. Ines Leonarduzzi, founder and CEO of this company has imagined the notion of “Digital Ecology”, and aims to help businesses in their transition towards more sustainable uses of digital technologies. The Digital Ecology also is the opportunity to create new indicators that will be able to understand better the impact of our use, what benefits we get from it, and how we can address these new challenges.


But... do we really need data?


Whether we like it or not, we are in a digital era and it seems very unrealistic that there will be a decrease in its use. However, we can question the pattern used by innovation in data, with the quest of new data sets to be interpreted through algorithms. Data based knowledge can be very good at omitting many aspects of reality. A common saying in tech is "Garbage In/Garbage Out", meaning that if incorrect or incomplete information is computed, then the outcome will also be incorrect and incomplete. But how do we integrate all parameters for an environmental global crisis? For instance, the Pacific region is very poor in terms of data accumulation, with a late arrival in the technology race. Therefore, does it mean that as long as we are not able to provide data on our environmental situation, we cannot be considered in said algorithms ?


So do we all need to enter the data race so we can be considered in algorithms? Do we really need data-based validation to create and fund innovative solutions for our environmental crisis?





🔄 TEXTE EN FRANÇAIS 🔄




En 2017, The Economist a annoncé que «la ressource la plus précieuse au monde n’est plus le pétrole, mais les données». Deux ans plus tard, en assistant à la conférence Collision Conference 2019 à Toronto, Canada, «Conférence technologique grandissant la plus rapidement en Amérique du Nord», cette déclaration ne pouvait pas sembler plus pertinente. Les entreprises technologiques poursuivent plus que jamais leur course de collecte et d'exploitation de données, le vainqueur ultime étant celui qui sera capable de trouver cet algorithme parfait, qui facilitera radicalement notre vie humaine.


Comme cette course attire chaque jour de plus en plus de joueurs, nous assistons également à une augmentation du type d'informations collectées, provenant d'objets de plus en plus diversifiés. Ce que nous appelions «Big Data» il y a quelques années devrait recevoir un nouvel adjectif superlatif afin de le décrire efficacement aujourd'hui.


Mais combien de données sont assez de données ?


Les entreprises et les algorithmes doivent déterminer les informations sur lesquelles se concentrer et éviter de collecter des données inutiles, qui ne rendent finalement que la tâche plus ardue pour leurs Data Scientists. Outre la question de la quantité d'informations, on peut aussi se demander combien de temps faudra-t-il conserver ces données potentiellement précieuses? Quand est-ce qu'un ensemble de données sera-t-il considéré comme périmé et comment en disposer?


Du point de vue de gestion environnementale, une grande question et un risque à mon avis est le suivant: Si la donnée est le nouvelle pétrole, est-elle également le nouveau plastique?





La donnée est-elle le nouveau plastique?


De nombreuses raisons ont conduit notre société à utiliser le plastique dans la plupart de nos biens de consommation, mais son prix bas et sa grande adaptabilité à un large éventail d'utilisations ont été des leviers énormes pour son adoption. La grande disponibilité de ce matériau nous a conduit aujourd'hui à une crise environnementale, car nous avons ignoré les attributs physiques de ce composant et avons créé des produits totalement incohérents, d'une durée de vie de 200 ans, utilisés seulement quelques secondes.


Si nous examinons la manière dont nous utilisons les données aujourd'hui, nous pouvons voir des similitudes avec l'adoption du plastique dans toutes les industries. L’accumulation de plastiques est l’un des plus grands défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui et nous pouvons déjà constater une grande accumulation de ces données potentielles dans nos serveurs.


Aussi, les données, contrairement au plastique, n’ont aucun attribut physique. Par conséquent, comment pouvons-nous estimer l’espérance de vie d’un ensemble de données? Si nous décidons de le supprimer, il disparaîtra pour toujours, mais si aucune décision n'est prise, le potentiel de vie est infini. Notre manière actuelle d’utiliser les données, en particulier dans le cadre de la croissance de technologies gourmandes en données telles que l’Intelligence Artificielle, nécessite des ensembles de données toujours plus volumineux, ne créant aucun incitatif à la suppression des données accumulées.


Besoin en énergie pour le stockage de données


Les entreprises font un excellent travail pour alléger le fardeau du stockage des données des consommateurs. Rappelez-vous quand vous aviez besoin de cet iPod de 240 Go pour stocker tous vos albums préférés et moins préférés? Maintenant, des solutions telles qu'Apple Music et Spotify vous permettent de libérer tout cet espace de votre disque dur, vous libérant ainsi de toute accumulation de données, mais supprimant également votre propriété. C'est ce qu'on appelle "Product as a service".


En suivant le même schéma, nous voyons un changement dans l’emplacement de stockage de données de notre disque dur à ce que nous appelons le «Cloud». Le Cloud est une technologie commercialisée et imaginée comme pure, légère et connectée dans les airs. En réalité, le Cloud est une machine très lourde, avec des câbles sous-marins qui relient le monde entier, exigeant beaucoup de matériel et d'énergie afin de stocker et distribuer les données demandées par notre nouvelle économie. En 2015, les émissions de gaz à effet de serre générées par notre utilisation du numérique étaient comparables à celle produite par l'aviation.


Selon un nouveau rapport, les émissions de gaz à effet de serre générées par notre utilisation numérique devraient passer de 2,5% des émissions totales de gaz à effet de serre à 4% en 2020, et pourraient doubler d'ici 2025 à 8%.


Avec la montée en puissance des technologies vertes et des solutions environnementales centrées sur les données, nous nous demandons si les avantages potentiels de ces technologies pourront jamais compenser l'impact négatif de leur utilisation.




Coût environnemental Blockchain


Pour illustrer la dissonance entre les technologies vertes et l’impact sur l’environnement, concentrons-nous sur l’utilisation récente et croissante de la haute technologie à des fins environnementales: la Blockchain.


Avec de nombreux attributs fondamentaux intéressants tels que la traçabilité et la confiance indéniable, la Blockchain apporte beaucoup d'espoir dans la façon dont nous menons nos affaires et pourrait représenter, par exemple, une excellente opportunité pour mesurer et donc contrôler les différents impacts de nos activités commerciales sur l'environnement. Blockchain for Climate présente de nombreuses utilisations de cette technologie et explique comment elle pourrait avoir un impact positif sur l'environnement.


Toutefois, si uniquement motivé par l’impact sur l’environnement, est-il utopique d’investir dans une telle technologie basée sur le potentiel lorsque l’on sait qu’une seule transaction sur Bitcoin, consomme autant d’énergie que 17 ménages américains par jour? Bien sûr, certaines Blockchain comme XRP consomment beaucoup moins d'énergie pour fonctionner, mais le fait qu'une Blockchain comme Bitcoin représente 1% de la consommation totale d'électricité dans le monde est problématique.


Forbes a recueilli les commentaires du Dr. Jonathan Foley dans un article publié en 2018 sur le potentiel de Blockchain pour sauver l'environnement. Voici un extrait de cet article:

«Je ne suis absolument pas d'accord avec ce rapport et avec l'idée selon laquelle la blockchain est une solution environnementale prometteuse», a déclaré Jonathan Foley, directeur exécutif, Project Drawdown, qui fait partie de la nouvelle série, Let Science Speak. "En fait, je pense que la meilleure chose qui soit est blockchain peut faire pour aider l'environnement est tout simplement pas exister ".


"Tout d'abord, les systèmes blockchain, en particulier ceux utilisés pour Bitcoin et d'autres crypto-monnaies, consomment énormément d'énergie. Tous ces milliards de calculs impliquent de l'énergie et de l'électricité, souvent alimentées par le charbon et d'autres combustibles fossiles", a déclaré Foley. "Au total, les calculs de Blockchain et de cryptomonnaies utilisent plus d'électricité que l'ensemble de la nation irlandaise et beaucoup moins que l'ensemble de Google."


Face à la complexité de ce sujet, de nombreuses entreprises ont tendance à éviter complètement la discussion sur l'impact environnemental de leur utilisation numérique, en particulier lorsque leur mission est axée sur un problème environnemental, ce qui entraîne une méfiance croissante à l'égard de l'utilisation numérique.




Digital for the Planet


Malgré cette négativité entourant l'utilisation croissante des technologies numériques, il est également important de rappeler que nous pouvons et avons déjà beaucoup bénéficié de ces technologies lorsqu'elles sont utilisées efficacement et correctement. Digital for the Planet est une entreprise qui a décidé d'aider les entreprises confrontées à ce problème et de les accompagner pour réduire l'impact de leur utilisation numérique sur l'environnement.

Ines Leonarduzzi, fondatrice et PDG de cette société a créé la notion «d'écologie digitale» et vise à aider les entreprises dans leur transition vers des utilisations plus durables de la technologie. L’écologie digitale est également l’occasion de créer de nouveaux indicateurs qui permettront de mieux comprendre l’impact de notre utilisation, les avantages que nous en tirons et la façon dont nous pouvons relever ces nouveaux défis.


Mais ... avons-nous vraiment besoin de données?


Que cela nous plaise ou non, nous sommes à l'ère du numérique et il semble très irréaliste de penser que son utilisation diminuera. Cependant, on peut s'interroger sur le modèle utilisé par l'innovation dans les données, avec la quête de nouveaux ensembles de données à interpréter à l'aide d'algorithmes. Les connaissances basées sur les données peuvent être très efficaces pour omettre de nombreux aspects de la réalité. Un terme commun dans la technologie est "Garbage In / Garbage Out", ce qui signifie que si des informations incorrectes ou incomplètes sont entrées dans un système informatique, le résultat sera également incorrect et incomplet.

Mais comment intégrer tous les paramètres d'une crise environnementale globale? Par exemple, la région du Pacifique est très pauvre en termes d’accumulation de données, avec une arrivée tardive dans la course à la technologie, ce qui signifie que tant que nous ne sommes pas en mesure de fournir des données sur notre situation environnementale, nous ne pouvons pas être pris en compte dans ces algorithmes.


Donc avons-nous tous besoin d'entrer dans la course des données pour pouvoir être pris en compte dans les algorithmes futurs? Avons-nous vraiment besoin d'une validation basée sur des données pour créer et financer des solutions innovantes pour notre crise environnementale?



+(689)89523530

©2019 by Fenua Data. Proudly created with Wix.com