Rechercher
  • Fenua Data

La relance économique par l'économie circulaire insulaire


Réouverture des restaurants, levée du couvre-feu, reprise des activités : le retour à la normale en Polynésie française semble bel et bien avoir démarré. Toutefois, il n’en reste pas moins que le paysage local n’a pas fini de ressentir les retombées de la crise du COVID 19.


En effet, ces dernières semaines ont pu révéler à l’échelle mondiale la profonde interdépendance entre notre système économique, déclencheur de déséquilibre environnemental, et notre sécurité sanitaire. Elles ont aussi été révélatrices de l’inefficacité de notre modèle économique linéaire à assurer l’approvisionnement de services élémentaires. Le premier secteur visible a en effet été le secteur hospitalier, qui manque encore d’équipements pour répondre à cette crise, peinant même à se doter d’assez de masques pour protéger son corps médical. Les industries agricoles internationales se voient également touchées d’une manière surprenante, subissant une diminution de leurs productions faute de main d’œuvre saisonnière étrangère, interdite de voyager en cette période de confinement.


Compte tenu de cette situation, quel scénario devrions-nous prévoir pour la relance de la Polynésie française ? La crise sanitaire locale semble contrôlée grâce aux mesures de confinement mises en place. Toutefois, avec 80%[1] de notre flux financier agricole dédié à l’importation de denrées et une activité économique reposant essentiellement sur un tourisme international, il est clair que de fortes répercussions vont avoir lieu sur notre quotidien. Des changements systémiques devront voir le jour !


Une chose est sûre, on attend une économie qui priorisera la santé physique et mentale de ses citoyens tout en permettant à chacun de subvenir à ses besoins. Favoriser l’achat local, l’entraide, le partage, redéfinir ses besoins, revenir à nos savoirs ancestraux, sont des mouvements qui ressortent en ce moment sur nos îles. Ils sont le résultat d’un bel élan de solidarité en ce temps de crise.



Mais comment coordonner ces actions pour en assurer l’efficacité dans notre réalité actuelle ? C’est ce que pourrait proposer l’économie circulaire insulaire.


L’économie circulaire est un modèle de production et de consommation qui a pour but de répondre aux besoins de notre population, et ce, sans mettre en péril le renouvellement de nos écosystèmes naturels. Basé sur la création de circuits courts au sein d’un territoire, ce modèle est de plus en plus adopté comme plan de développement à l’international. En effet, l’Europe[2] a décidé d’en faire une partie intégrante de son plan de relance économique post covid 19.


Allant au-delà du simple recyclage, l’économie circulaire permettrait par exemple d’améliorer la réparabilité de nos équipements localement, que nos produits d’hygiène soient approvisionnés sur place, et que nos besoins alimentaires soient pris en charge par une agriculture et une pêche locale. En plus d’assurer une meilleure résilience du système de santé et d’approvisionnement en nourriture, ces démarches permettent la création d’emplois durables et locaux, non délocalisables, qui ne dépendent pas d’une demande internationale. L’appropriation d’une économie circulaire insulaire en Polynésie française demandera également une réflexion sur les échanges que nous faisons avec nos partenaires régionaux, à l’image de la bulle touristique de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande permettant un voyage sécuritaire entre ces deux régions.



La Polynésie française tient une opportunité unique de se positionner sur ce modèle, notre différence pouvant compter sur de véritables leviers de performance comme par exemple:

- notre accès direct à des ressources et des énergies renouvelables

- la proximité de nos entreprises qui favorise la création d’un réseau de partage et d’échange de matières

- notre caractère insulaire permettant le contrôle des flux entrants et sortants

- nos savoirs traditionnels comme modèles de référence

- notre esprit communautaire, favorisant la mise en place de modèles économiques basés sur le partage.



Cet écosystème est encore à bâtir, mais nous avons déjà de nombreux outils qui peuvent lui servir de base. Économie bleue, biomimétisme, économie sociale et solidaire, tourisme durable, sont autant de concepts pouvant structurer le cadre d’une relance positive. Nous avons aussi des alliés avec nos voisins insulaires du Pacifique et à travers le monde, avec qui, grâce aux nouvelles technologies, nous pouvons échanger et co-créer des solutions durables. Du consommateur averti à l’entrepreneur responsable, en passant par des réglementations structurantes, assurons-nous que les réflexions et les investissements qui seront mis dans notre relance économique intègrent ces concepts, ayant tous pour finalité un modèle de société en harmonie avec son environnement.


Cette lettre d’opinion a été rédigée par Fenua Data, équipe de consultants en économie

circulaire insulaire. Si vous êtes intéressés à co-construire avec nous une définition de l’économie circulaire insulaire, écrivez-nous ou abonnez-vous à notre newsletter, nous vous contacterons bientôt pour nos prochaines activités !



[1]http://www.planclimatpf.org/library/userfiles/workgroups/7/PCE_AtelierAlimentation_2018-10-16.pdf [2] https://cor.europa.eu/en/news/Pages/New-Circular-Economy-Action-Plan-stakeholder-s-consultation-now-open.aspx

+(689)89523530

©2019 by Fenua Data. Proudly created with Wix.com